ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
L'ONG VIVIFI
 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact
Contexte national et international

I - Aperçu sur le Burkina Faso 
 
 
GÉNÉRALITÉS 
 
Caractéristiques géographiques et humaines 
• Superficie : 274 122 km2 
• Population : 13,2 millions d’habitants. Densité : 48 habitants/km2. Part de la population urbaine : 
19 Taux de croissance démographique moyen : 3,1 Langue officielle : français. 
• Principales villes : Ouagadougou (capitale administrative), Bobo-Dioulasso, Koudougou 
 
Économie 
• PIB par habitant : USD 459 (2006) 
• Répartition par secteurs d’activité 
Primaire Secondaire Tertiaire 
PIB (2006) 37,2 24,3 38,5 D 
Population active 84 5 11 D 
Indicateurs sociaux 
Espérance de vie (années) : 47,9 Population en deçà du seuil de pauvreté* : 27,2 D 
Taux de mortalité infantile : 9,7 Indicateur de dévelop. humain – Classement : 174ème/177 
Taux alphabét. des adultes : 21,8 APD reçue / hab. (versements nets) : USD 47,6 
* (moins de un dollar par jour) 
Source : PNUD – Rapport mondial sur le développement humain 2006 (données 2004) 
 
 
 
 
 
II - LE BURKINA FASO FACE AUX DÉFIS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES 
 
 
2.1. Qu'est ce que le" changement climatique" dans le contexte écologique actuel 
La Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) utilise le terme "Changement Climatique" pour caractériser le changement lié aux activités humaines tandis que le terme "variabilité climatique" est utilisé pour designer les changements climatiques d'origine naturelle. 
 
La température repartie au niveau du sol de la planète terre serait inhabitable s'il n'y avait pas certains gaz dans l'atmosphère. En effet, ces gaz appelés Gaz à Effet de Serre (GES) absorbent une partie de la chaleur venant de l'énergie solaire permettant à la terre d'avoir une température de l'ordre de 15° C au lieu de -18° C grâce à un phénomène naturel appelé "effet de serre ". L’effet de serre est donc un phénomène naturel sans lequel la vie ne se serait pas développée sur Terre. 
L’effet de serre est le phénomène responsable du réchauffement actuel de la planète. Par exemple, lorsqu’on laisse une voiture en plein soleil, la température de l’habitacle augmente, pour la simple raison que les vitres laissent pénétrer le rayonnement solaire mais en retiennent une partie. Le rayonnement ainsi emprisonné est source de chaleur. Il en est de même à l’échelle de la planète où se sont ces gaz appelés « gaz à effet de serre » (GES) situés dans l’atmosphère qui jouent le rôle de vitres et permettent ainsi à la Terre de conserver la chaleur d’une partie du rayonnement solaire. Ainsi la température sur Terre dépend de la présence et de la concentration de ces gaz dans l’atmosphère.  
Les gaz à effet de serre sont extrêmement divers. Certains de ces gaz sont "naturels", c’est-à-dire qu'ils étaient présents dans l'atmosphère avant l'apparition de l'homme et résultent à la fois de processus naturels et anthropiques (le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d'azote…). D'autres sont "artificiels", c’est à dire exclusivement produits par les activités humaines. Il s'agit de gaz industriels comme les halocarbures par exemple. Les principaux gaz à effet de serre sont :  
• L’eau (H2O)  
• Le dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2)  
• Le méthane (CH4)  
• Le protoxyde d’azote (N2O)  
• Les halocarbures (CxHyFzClt)  
• L’hexafluorure de soufre (SF6)  
• L’ozone (O3) 
Ces gaz contribuent tous à l’effet de serre mais l'influence de ces gaz est variable selon :  
• leur concentration dans l'atmosphère. A l'exception de la vapeur d'eau, les gaz à effet de serre sont présents dans l'atmosphère en très faibles quantités.  
• leur structure moléculaire. Une molécule de protoxyde d’azote (N2O) a par exemple un pouvoir radiatif (capacité à réchauffer l'atmosphère) 296 fois plus élévé qu'une molécule de gaz carbonique (CO2). 
Afin de comparer ces gaz on peut à la fois comparer leur durée de vie dans l’atmosphère et leur capacité à réchauffer l’atmosphère dite « pouvoir de réchauffement global » (PRG). Pour comparer leur incidence différente et aussi avoir une vision globale de l’impact de ces gaz, une unité unique a été adoptée pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre : le kg équivalent carbone (kg eq C) ou le kg équivalent CO2 (kg eq CO2). 
 
 
 
Comparaison des différents gaz à effet de serre 
(Source : IPCC / www.manicore.com)  
 
 
 
Le protocole de Kyoto, entré en vigueur en 2005, a posé les bases d’une coopération internationale de lutte contre le changement climatique. Il engage les pays industrialisés signataires à réduire progressivement leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2012. En Europe, seules les industries les plus polluantes sont concernées par le système des quotas d’émissions. Cependant, au regard des risques et des enjeux, il est de la responsabilité de chaque entreprise, collectivité ou individu de par le monde d’intégrer la lutte contre le changement climatique à sa politique, à son comportement. Par ailleurs, la lutte contre le changement climatique représente un enjeu économique fort. Il s’agit de limiter les risques d’un bouleversement climatique majeur qui aura des répercussions sur tous les secteurs économiques au niveau mondial et d’anticiper la raréfaction et la hausse des prix des énergies fossiles, qui constituent la source principale d’émissions de gaz à effet de serre.  
 
 
2.2 Le Burkina et les émissions de Gaz à Effet de Serre (G.E.S)  
1 1,1 Mt de CO2 en 2004 (0,1 t / habitant) avec une variation annuelle de 0,7epuis 1990 
2 Emission de CO2 issu de la biomasse forestière : 19,Mt/an entre 1990 et 2005 (déforestation, changement de destination des terres) 
3 Réserves totales de CO2 dans la biomasse forestière en 2005 : 298 Mt  
4 Les secteurs « pollueurs »:  
 L’énergie: centrales thermique, consommation domestique, y compris la biomasse… 
 Les transports (consommation de combustible fossile) 
 L’agriculture et l’élevage: émission de méthanique (digestion des ruminants, sols irrigués), incinérations, feux de brousse… 
 Foresterie: déforestation, dégradation et conversion de forêts et savanes  
 
2.2 CHOCS, RISQUES ET VULNERABILITE 
2.2.1 Les tendances climatiques à l’horizon 2050  
(par rapport à la période 1961-1990) 
1 Élévation des températures moyennes: 0,80C à l’horizon 2025 et 1,70C à l’horizon 2050 
2 Diminution de la pluviométrie moyenne : -3,4 l’horizon 2025 et -7,3n 2050 
3 Fortes variabilités interannuelles et inter-saisonnières 
Résultat : 
aggravation des chocs climatiques sur les ressources et les secteurs les plus vulnérables  
 
2.2.2 Les secteurs vulnérables  
1 Les écosystèmes naturels et la diversité biologique 
 Régression du potentiel de biomasse: de 200 Mi de m3 en 1999 à 110 Mi de m3 en 2050 
 Accroissement du ruissellement, de l’érosion et de la dégradation des terres 
 Perte de la diversité biologique: disparition ou migration d’espèces  
2 Les ressources en eau 
 Nette diminution des volumes annuels écoulés dans l’ensemble des bassins hydrographiques : de -30 à -73elon les cas 
 Dégradation/appauvrissement des écosystèmes aquatiques  
3 L’agriculture 
 baisse prévisible des rendements du mil et du sorgho sur les sols à faible réserve en eau (moitié Nord) 
 Régression nette des rendements du maïs dans la moitié Sud du fait d’un déficit hydrique entre Juillet et Septembre 
 Déficits céréaliers et crises alimentaires plus fréquents et plus graves 
 
1 L’élevage 
 Réduction drastique des pâturages naturels et déficit du bilan pastoral et alimentaire 
 Précarisation des conditions d’abreuvement 
 Baisse globale de la productivité animale  
 Risques de mortalités élevées en cas de sécheresse.  
 
2.2.3 BILAN DU RISQUE CLIMATIQUE 
1 Fréquence et amplitude accrues des catastrophes naturelles 
 Inondations 
 Sécheresses  
2 Accroissement des risques sanitaires  
3 Accroissement de la pauvreté et donc de la vulnérabilité  
 
2.3 Comment atténuer les émissions de G.E.S. ? 
2.3.1 Réglementation et action publique  
1 Dans le secteur de l’énergie 
 la promotion de l’utilisation des énergies nouvelles et renouvelables: hydro-électricité, biodiesel, solaire, éolien… 
 l’efficacité énergétique dans les secteurs industriels, le tertiaire, les bâtiments et les ménages 
2 Dans le secteur des transports 
 développement du biocarburant 
 transport en commun  
 contrôle strict des normes d’émissions (véhicules à moteur)  
3 Dans le domaine de la foresterie 
 accroissement des superficies forestières (« puits de carbone ») 
 conservation et aménagement des forêts naturelles  
4 Dans le domaine de l’agriculture 
 Valorisation du méthane (production de biogaz à partir des déchets animaux) 
 Contrôle des défrichements et des feux de brousse 
 
2.4 Le Burkina et le marché du Carbone 
2.4.1 Un grand potentiel MDP… 
1 Il y a un grand potentiel de réduction des émissions de G.E.S. au Burkina (env. 19es émissions globales ?) 
 Secteur de l’énergie: production d’électricité, énergies nouvelles et renouvelables, efficacité énergétique dans l’industrie et l’habitat 
 La reforestation et l’aménagement des forêts naturelles 
 Le transport : développement du biocarburant  
 
1 Cependant, comme pour d’autres PED, francophones notamment, il y a des contraintes de capacités à formuler des projets éligibles au MDP et susceptibles d’attirer des investisseurs  
2.5 S’adapter: ce qui semble le plus à notre portée  
2.5.1 Les actions prioritaires d’adaptation du PANA 
1 Écosystèmes et diversité biologique: 5 axes d’actions prioritaires  
2 Ressources en eau : 4 axes d’actions prioritaires 
3 Agriculture : 5 axes d’actions prioritaires 
4 Élevage : 4 axes d’actions prioritaires  
 
 
 
 
Les 12 projets prioritaires du PANA 
 
 
 
 
PANA et la Lutte Contre la Pauvreté  
1 Les groupes le plus vulnérables = les populations rurales qui dépendent à plus de 80es ressources des écosystèmes  
2 Plus on est pauvre, plus on est vulnérable 
3 Réduire la pauvreté devrait donc réduire la vulnérabilité 
4 Accroître les capacités d’adaptation des pauvres contribue à réduire leur pauvreté  
 
 
 
 
 

  
(c) VIVIFI ONG - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.06.2011
- Déjà 3875 visites sur ce site!